studio GOBZ'INK "Si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ?" (Lewis Carroll)

17Sep/103

[Metäl Legends] Présentation

La cave d'un pavillon de la banlieue de Boston résonnait encore de la répétition qui venait de se terminer. Tous les membres de Brutal Hybrids s'accordaient sur ce point : cette répétition passée déchirait. Vraiment. Grave. L'apathie qui gagnait maintenant peu à peu ses complices rappellait au chanteur et bassiste JD celle qui l'envahissait lorsqu'il s'endormait dans les bras d'une groupie. Gros Bob décapsulait bière sur bière avec un air absent encore installé derrière sa batterie. Steve Fry avait débranché sa guitare et commençait à ranger son matos en fredonnant un riff joué plus tôt. Bill écoutait le speech de JD d'une oreille, plongé dans la masse de câbles qui courrait sous son synthé en essayant de découvrir lequel était à l'origine de ce faux-contact qui lui pourrissait son son depuis deux semaines.

Ce week-end, il fallait qu'ils assurent comme jamais. Le tenancier du bar où ils joueraient lui avait assuré qu'un représentant d'une grosse maison de disques serait dans la salle samedi. Ils devaient assurer comme des bêtes. Non, mieux : comme des dieux.

Le gros problème avec le destin c'est qu'il a parfois de bien étranges méthodes pour vous faire comprendre ce qu'il attends de vous. Ainsi à l'autre bout du monde, un type de Singapour manquait de justesse son train et retrouvait par hasard dans cette gare une vieille copine de lycée perdue de vue depuis des années. Cette rencontre fortuite le mènera de fil en aiguille à fonder une famille avec la dite demoiselle. Seulement dans le cas des membres de Brutal Hybrids, le destin décida d'arrêter de la jouer fine et de mettre les deux pieds dans le plat. Deux grands pieds chaussés dans des rangers taille 44 pour être plus précis.

Dans un élan d'énergie, Gros Bob se leva pour aller chercher un pack dans le frigo qui trônait dans le coin de la pièce. Se faisant, il se prit les pieds dans les câbles du synthé de Fry et s'étala de tout son long sur un ampli posé au milieu de la pièce, emportant dans sa chute la vieille bouteille d'eau de JD. La catastrophe aurait pu s'arrêter là si cette même bouteille n'était pas allée se briser en mille morceaux sur l'empilement de multi-prises et l'installation électrique de fortune qui alimentait la cave.

Court-circuit. Etincelles. Feu. Cris. Douleur. Les pompiers retrouveront les restes calcinés du matériel de Brutal Hybrids quelques heures plus tard, après avoir vaincu l'incendie qui avait consumé le pavillon des parents de Gros Bob. Aucune trace du groupe lui même en revanche. Les quatre jeunes musiciens semblaient avoir disparu à la veille de leur plus grand concert.

Artwork du jeu vidéo Brütal Legend (c) EAAutre temps. Autre lieu. Le fracas des armes retentissait, mêlé à des hurlements inhumains et des cris de guerre. Deux armées se faisaient face sur une plaine ravagée par des années de combat. Les fiers metallsohn venus de la mer affrontaient les zélotes émissaires des Sombres Puissances. L'enjeu de cette bataille sanglante n'était ni la terre, ni l'or, ni même l'honneur ou la religion, mais l'anéantissement total de l'autre. Enfin, c'était soit ça, soit les réserves de bière stockées sur la colline.

Lorsque JD ouvrit péniblement les yeux, il crût halluciner. Il se trouvait allongé sur le corps découpé en deux d'un type fringué comme un de ces allumés du club de jeu de rôles d'à côté, au beau milieu d'un champ de bataille. Il paniqua un bref instant avant d'apercevoir Bill dans les vapes pas très loin.

Gros Bob était là également, une hache à la main en train de coller une raclée à deux soldats armés d'épées et fringués en cuir noir qui semblaient tout droits sortis d'une soirée goth. Bob avait l'air d'aimer ça, cogner sur des goths. Depuis le temps qu'il se plaignait de l'aura de déprime qui semblait coller à la peau de ces types, pas étonnant qu'il apprécie de pouvoir enfin leur donner une bonne râclée sans craindre de devoir passer une nuit de plus au poste.

D'autres étincelles. A nouveau du feu. D'autres cris. Et encore de la douleur.  Mais pas celle des Brutal Hybrids cette fois-ci. Non. Celle de leurs ennemis.

Steve Fry se tenait là, debout au milieu d'un tas de cadavres fumants encore crépitants d'électricité, sa guitare à la main et la main brandie en direction du ciel rouge, mimant les cornes du démon. Bordel, ce type venait de massacrer un bataillon entier de soldats maudits, uniquement à l'aide d'un riff de guitare électrique.

Les membres de Brutal Hybrids se regardèrent et comprirent. Ils étaient nés pour batailler dans ce monde, des femmes lascivement posées à leur pieds et le métal pour les accompagner. Ce monde déchirait grave, tout simplement.

Metäl Legends est un univers pour le jeu de rôles Barbarians of Lemuria mettant les joueurs à la place de musiciens de Heavy Metal projetés dans un univers de sword & sorcery imaginé sous perfusion de Conan le Barbare, de Brütal Legend, de Full Throttle et de légendes viking.

Coécrit avec Sedna, le PDF vous proposera en plus de la description de ce monde baroque et décalé des règles pour gérer le groupe de rock de vos PJs, des duels musicaux, des véhicules et des poursuites endiablées ainsi qu'une campagne qui amènera vos joueurs sur les traces des secrets de l'univers dans une tournée rock'n'roll à 300km/h !

Sortie prévue fin 2010 / début 2011 si tout va bien.

Stay tuned !

Si vous aimez, partagez !
    Imprimer ce message

    Posted by Selpoivre

    Commentaires (3) Trackbacks (3)
    1. Tiens, tu as repris l’idée que j’avais eue il y un certain temps, inspiré par ce qui allait devenir « Hell’s Rock ».
      Bon, je ne suis pas fan de BoL, mais si ça peut coller à l’ambiance, pourquoi pas?

    2. Arf, j’était totalement passé à côté de ton post à l’époque 🙂
      En fait au fond la genèse du projet (qui remonte maintenant à plus d’un an) est totalement déconnectée de Hell’s Rock et du net rôliste en général. Tout est parti de la démo jouable de Brütal Legend (sortie je sais plus quand mais l’année dernière je crois) et d’une idée toute bête : faire jouer du Brütal Legend en utilisant BoL (qui était a l’époque en pleine Hype sur Casus et que je venais de découvrir).
      A partir de là, avec Sedna on a commencé à réfléchir à la manière de rendre cette ambiance particulière sur table et on a fini par imaginer un univers inspiré par les quelques minutes passées sur la démo de Brütal Legend mais sans chercher à l’adapter fidèlement. Et de fil en aiguille on a obtenu un univers med-fan décalé mais beaucoup plus sérieux et proche d’un Conan le Barbare que son modèle.
      Du coup au final il n’y a pas non plus beaucoup de rapport entre Metäl Legends et Hell’s Rock ou Umlaüt. Ces jeux sont « contemporains fantastiques » et se concentrent sur la carrière d’un groupe de métal (avec des gros bouts de satanisme et de trash chez Hell’s Rock). Metäl Legends est au fond un univers de sword & sorcery assez classique dans lequel on aurait ajouté une petite touche de modernité (essentiellement des véhicules pour les PJs et deux peuples), une grosse louche de mythologie nordique et une perfusion d’Epic Metal pour l’ambiance sonore 🙂
      Et après un premier test, ça passe plutôt bien à table 🙂


    Leave a comment

    *