- studio GOBZ'INK - http://www.shamzam.net/blog -

[Inspis] Daredevil dans Hellywood

Avec X-Men the Last Stand et Catwoman, le Daredevil de 2003 et son spin-off Elektra font partie du cercle, assez restreint, des adaptations cinématographique de comics les plus honnies de toute la sphère geek (à raison). Lorsque Netflix a annoncé l'an dernier la mise en chantier d'une série sur l'avocat aveugle de Hell's Kitchen, les espoirs étaient aussi grands que les craintes. La diffusion récente de la première saison de cette série a su faire taire toutes les appréhensions : cette nouvelle adaptation est une réussite à pratiquement tous les niveaux. En attendant la diffusion de la prochaine série produite par Netflix dans l'univers Marvel (AKA Jessica Jones), penchons nous sur cette oeuvre et sur ses aspects les plus immédiatement réutilisables en jeu de rôles.

Marvels-Daredevil-Title-Card

Avant-tout, il faut se rendre à l'évidence : ce Daredevil là n'est pas un super-héros. C'est tout juste un justicier masqué, un type presque ordinaire qui cherche à protéger son prochain des ordures qui sévissent dans son quartier. Bien que l'univers de la série fasse partie du Marvel Cinematic Universe (celui des Avengers et des Agents du SHIELD), vous n'y trouverez aucune invasion extra-terrestre, aucun équipement high-tech, marteau magique ou bouclier en vibranium.

L'histoire de la première saison est relativement classique, pour qui connaît un minimum le personnage. Matt Murdock est un jeune avocat qui est né et a grandi à Hell's Kitchen, l'un des quartiers les plus mal famés de New York. A 9 ans, il est pris dans un accident de voiture et ses yeux sont aspergés d'un étrange produit chimique. Le jeune Matt perd alors la vue mais ses sens se développent à un niveau surhumain, ce qui lui permet de percevoir des sons, des odeurs et des vibrations avec une précision extrême (et donc par exemple de savoir lorsqu'on lui ment ou reconnaître l'eau de Cologne d'un malfrat deux étages plus bas). Des années plus tard, une fois son diplôme en poche, il revient dans son quartier natal et fonde un cabinet d'avocats avec son ami Foggy Nelson, jurant d'utiliser la loi pour protéger et défendre les innocents. La nuit, Murdock utilise ses super-sens et ses talents martiaux pour combattre et punir ceux qui échappent à la loi.

La première saison tourne autour de deux thématiques principales : les débuts de Matt Murdock en tant que justicier au masque noir (le surnom Daredevil n'est prononcé qu'à la toute fin de la saison) et son combat contre un mystérieux caïd de la pègre, aux moyens financiers qui frisent l'omnipotence. L'ambiance est proche d'un film Noir : sale et poisseuse, tant au niveau visuel qu'au niveau des scénarios. Les ruelles mal éclairées de Hell's Kitchen sont inquiétantes, la violence est omniprésente et les faibles se font écraser par les forts.

Daredevil

L'essentiel n'est pas d'éviter les coups. Il faut savoir se relever et tenir tête à tous ces enfoirés.

Des bas-fonds de Hell's Kitchen aux ruelles d'Hellywood

Avec son ambiance résolument sombre et pratiquement désespérée, ses combats violents et réalistes et ses personnages tout en nuances de gris, cette adaptation de Daredevil évoque inévitablement le Noir de Raymond Chandler et de James Ellroy. Ce qui fait de Hellywood un candidat de premier plan pour retrouver cette ambiance autour d'une table de jeu. L'adaptation est simple à réaliser.

Tout d'abord, transposez l'action dans une New York corrompue et en pleine reconstruction. Puis remplacez les démons par des seigneurs du crime à la fortune colossale et avec qui on ne peut traiter qu'au prix de sacrifices moraux déchirants : Leland Owlsley, Mr Nobu, Madam Gao et le mystérieux Caïd. Les règles de Hellywood sur le répertoire démoniaque sont suffisamment souple pour être utilisées sans modification avec la pègre de Hell's Kitchen.

Les natures demanderont une simple adaptation : retirez les natures de cornu (possédé, séraphin, succube et golem) et ajoutez la suivante :

Surhomme
La Bataille de New York a révélé au monde entier l'existence d'êtres hors du commun. Des héros, porteurs d'espoirs pour l'humanité toute entière. Vous n'avez peut être pas de marteau magique, une armure sophistiquée ou un bouclier en vibranium mais vous avez le potentiel de devenir un jour un Avenger. Mais vous n'y pensez pas. Ce qui vous préoccupe est beaucoup plus terre-à-terre pour le moment.
Avantage : Vous avez un don, un pouvoir qui vous permet d'accomplir des prouesses extraordinaires. De quoi s'agit-il ? Votre pouvoir vous offre une relance gratuite dans les situations où il vous offre un avantage décisif.
Quelques exemples : Vol, super-sens, intangibilité, télékinésie...
Inconvénient : Vos talents ont un prix. Choisissez un statut négatif, qui ne vous rapporte pas de points supplémentaires.

Les personnages de la série pourraient constituer un bon groupe de tough guys prétirés. Voici les natures qui pourraient les représenter:

Matt Murdock: Surhomme (pouvoir Super-sens, faiblesse Cécité), Violent
Foggy Nelson: Ami de tout le monde, Tendre
Karen Page: En quête de rédemption, Fugitive
Ben Urich: Sur le retour, Jusqu'au boutiste

Crédit des illustrations : Marvel's Daredevil (Netflix et Marvel Studios)


Ce billet est le second d'une série sur les histoires de super-héros utilisables comme sources d'inspiration pour des jeux de rôles du commerce. Cliquez ici [1] pour lire ou relire les autres articles de cette série.

Si vous aimez, partagez !
  • [2]
  • [3]