- studio GOBZ'INK - http://www.shamzam.net/blog -

[Inspis] Deadpool et Harley Quinn dans Toon

Nous sommes à une petite semaine de la sortie du film Deadpool dans les salles obscures et votre serviteur n'en peut plus de piaffer d'impatience et d'espérer que la qualité soit au rendez-vous. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce personnage, Deadpool est un super-héros de chez Marvel qui joue habituellement un rôle d'anti-héros ou de mercenaire à la gâchette (très) facile. Mais ce qui fait tout le charme de ce personnage c'est sa tendance à ne rien prendre au sérieux et à enchaîner blague sur blague et délire sur délire. Ça et le fait qu'il ait conscience d'être un personnage de fiction évoluant dans un comics (ce qui lui permet par exemple de s'adresser au lecteur de temps à autre).

Deadpool, ou l'art de la violence gratuite

Deadpool, ou l'art de la violence gratuite

Si Deadpool vous intrigue, je vous recommande de jeter un oeil à deux volumes sortis en VF chez Panini : Hawkeye VS Deadpool [1] (qui fait suite à la série Hawkeye par Fraction et Aja [2]) et Il faut soigner le soldat Wilson [3] (qui reviens sur les origines du personnage).

Mais Deadpool n'est pas le seul personnage de comics à mêler humour déjanté et ultra-violence. Chez Jules-de-chez-Smith-en-face (DC Comics donc), les équipes créatives en charge de New 52 ont profité de l'occasion de ce reboot pour proposer une série largement inspirée de cette ambiance : Harley Quinn, par Amanda Conner et Jimmy Palmiotti au scénario épaulés par Chad Hardin au dessin. Dans cette nouvelle série Harley Quinn est toujours une ancienne psychiatre de Gotham City devenue une criminelle folle à lier par amour pour le Joker, mais ces origines semblent loin derrière elle : désormais séparée de son Mista J, elle quitte Gotham pour s'installer à New York, sur la plage de Coney Island, redevient psychiatre et s'inscrit dans l'équipe locale de Roller Derby. Mais malheureusement pour elle, un mystérieux groupe d'assassins s'en mêle et semble déterminé à l'empêcher de mener une vie "rangée".

Harley Quinn, la mignonne petite psychopathe de DC Comics

Harley Quinn, la mignonne petite psychopathe de DC Comics

Dès les premières pages, la ressemblance avec Deadpool est flagrante : l'humour est omniprésent et Harley n'hésite pas à jouer avec le 4ième mur ou à se lancer dans des clins d’œils appuyés à la culture pop. Mais Harley Quinn est loin d'être un simple plagiat sans âme de Deadpool : l'histoire y est un brin plus terre à terre et se concentre sur la vie quotidienne (délirante) d'Harley plutôt que sur des aventures over-the-top aux quatre coins de l'univers. Le récit est rythmé, l'humour fait quasi systématiquement mouche et le dessin et les couleurs sont pratiquement un sans-faute (mention spéciale à l'introduction, où Harley s'imagine dessinée par plusieurs grands noms du monde des comics). Le premier volume de cette série est d'ailleurs disponible en VF chez Urban Comics [4].

Deadpool-3

Alors comment capturer l'ambiance délirante qui se dégage des aventures de ces deux personnages en jeu de rôles ? Plutôt que de prendre un système de jeu classiquement dédié aux aventures en collants (comme Marvel Heroic Roleplaying ou Superclique), pourquoi ne pas lorgner du côté d'un jeu promettant des aventures déjantées et nerveuses ? Il est l'heure de ressortir vos vieux exemplaires de Toon des cartons ! Pour les plus jeunes, Toon est un jeu de rôles sorti dans les années 80/90 (1984 pour la première édition en VO, 1994 pour la VF) qui proposait d'incarner des personnages de cartoon dans l'esprit de Bugs Bunny, Bipbip et Coyotte ou encore Tom & Jerry. Et malgré son âge, ce système de jeu n'a pas pris une ride et s’acquitte toujours aussi brillamment de sa mission. Mais comme Deadpool et Harley Quinn ne boxent pas tout à fait dans la même catégorie que Taz et Grosminet, il va falloir modifier quelques aspects du système de Toon.

Des claques et des balles

Au niveau du moteur du jeu, la plus grosse modification concerne ce qu'il se passe lorsqu'un personnage-joueur est mis hors combat : Lorsqu'un PJs tombe à 0 points de vie, il est "out" pour le reste de la scène (au lieu de 3 minutes comme dans les règles de Toon). Si tous les PJs sont mis hors-jeu, le meneur raconte la fin de la scène comme il l'entend.

Caractéristiques, compétences et délires

Les caractéristiques et compétences fonctionnent de la même manière que dans Toon. La création des personnages se fait en répartissant 14 points dans les caractéristiques et 30 dans les compétences. Les joueurs ont en revanche accès à de nouveaux Délires pour leurs personnages, en plus de ceux décrits dans Toon :

Deadpool-4

Surnoms et Objectifs

Les Croyances et Objectifs de Toon étant beaucoup plus proches de Bugs Bunny que de l'ambiance d'un comics (même déjanté), il est nécessaire de les revoir légèrement. La première modification consiste à remplacer la Croyance du personnage par un Surnom. Ce surnom devra résumer en quelques mots la réputation du personnage. Si on reprend les personnages Marvel et DC éligibles à ce style de partie, on aurait:

Techniquement parlant, les Surnoms fonctionnent de la même manière que les Croyances de Toon (un joueur qui les met en avant dans son jeu pourra gagner des Points d'Intrigue).

Concernant les Objectifs, il est nécessaire de les élargir un peu. Toon propose généralement des scénarios très très simples (traverser la route, repeindre une clôture, participer à une compétition sportive...) et repose sur les Objectifs des personnages (et sur l'esprit malade des joueurs) pour créer une histoire délirante à partir de cette accroche simpliste. Voici quelques exemples d'Objectifs plus adaptés aux histoires d'anti-héros ou de super-vilains déjantés:

Et c'est tout ! Une fois ces modifications appliquées, le reste du jeu fonctionne comme écrit dans les règles de Toon.

Crédit des illustrations : DC Comics, Marvel Studios et 20th Century Fox.

Ce billet fait partie d'une série sur les histoires de super-héros utilisables comme sources d'inspiration pour des jeux de rôles du commerce. Cliquez ici [5] pour lire ou relire les autres articles de cette série.

Si vous aimez, partagez !
  • [6]
  • [7]