studio GOBZ'INK "Si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ?" (Lewis Carroll)

27Août/090

[bestYoles] Abandon du monde Caldeyron

Posted by ShamZam

BD La compagnie des glacesSi vous avez suivit un peu les derniers messages ou si vous connaissez un peu mon projet de JDR bestYoles, vous savez que Caldeyron était un des mondes que je voulais développer pour agrémenter le multivers (plusieurs univers parallèles). Il devait être question d'un monde au bord de l'apocalypse du fait d'un dieu créateur emprunt de tourments. L'ombre de ce dernier, la part subconsciente, matérialisée par les ténèbres ou le néant (je n'avais pas arrêté mon choix) devait amené une ambiance sombre et glauque, mais surtout pessimiste. Sauf que paradoxalement, je ne sais pas développer une telle ambiance ! De plus avec la reprise  et suite de Nouvelle donne sous la forme de CARTOM, j'ai déjà un projet "adulte" (responsabilités, violence, choix, déité, ...) dans les tuyaux. Comme je ne suis aller qu'au jeté d'idée pour Caldeyron et que plusieurs concepts qui me plaisaient (équipement steampunk, lutte de factions, villes tentaculaires) ont su retrouver leur place dans Borolok, je dois donc déclarer son abandon. Seul un petit descriptif sera placé dans le livre de règle de bestYoles, au chapitre proposant quelques mondes différents dont Borölok, Konoko, Cosmos (anciennement Sellesty) et Caldeyron donc.

Voici le pitch qui avait été préparé pour décrire Caldeyron :

Les vents soufflent continuellement à la surface de ce monde en pleine apocalypse. Le ciel presque opaque de nuages menaçant est bien avare de lumière n'en laissant qu'une infime partie à une végétation rare. L'avarice lumineuse est contrebalancée par une générosité en tempête et autres catastrophes. Les peuples se sont réunis dans une grande cité souterraine tentaculaire, dans d'interminables galeries qui peuvent les mener jusqu'au Magma, l'unique source de chaleur. Lieu de luttes de pouvoir sans fin, Une guerre civile entre les quartiers des citoyens et les guildes alchimistes déchire la vie des citoyens. Ceux-ci n'ont que plus de mal à ne pas sombrer dans un désespoir aussi sombre que les menaces qui guettent toute vie dans les profondeurs.

Affiche du film "La Cité de l'ombre"Donc au final le grand ménage réalisé dernièrement aura vu :

  • Abandon du développement de Drôles d'étoiles
  • Abandon du développement du monde Caldeyron pour bestYoles
  • Abandon du développement du monde Sellesty pour bestYoles et renommage en "Cosmos"
  • Création d'un nouveau monde, Borölok, adaptation du monde prévu pour Drôles d'étoiles associé à des éléments de contexte de Sellesty et quelques idées de Caldeyron.

Vous noterez que l'abandon des développements des mondes pour bestYoles ne veut pas dire suppression ! Des petites références y seront faites dans le descriptif du multivers, invitant d'autres auteurs à se les approprier éventuellement.


Imprimer ce message
24Fév/090

[GN La Faille] Une mort sans fin

Posted by ShamZam

Pour le lancement de ce blog j'ai déterré un écrit que j'avais réalisé pour le numéro 67 du journal Anachroniques, journal amateur réalisé en jeu dans le GN La Faille de l'association Anachrone. Je l'ai rédigé durant le dernier épisode, la Faille finale (2006) à propos d'une scène nocturne. Son titre est pour moi très ironique face à ce que j'ai pu vivre. Ironie renforcée d'ailleurs par le titre même de ce blog, baptisé avant cette exhumation.

Durant la nuit, deux poignées d'arpenteurs du désert sont parvenus jusqu'à l'antre du dieu Anubis, guidés par sa fille, elle-même. Délégation pacifique, ils ne prirent pas les armes à l'approche de l'armée d'ossements branlants du dieu venus défendre l'entrée. Si les squelettes n'avaient pas l'expressivité du caillou, sans doute aurait-on pu voir un désappointement certain lorsque l'expédition tomba en moins de quelques frappes, et sans résistance. Inutiles, ceux-ci furent rappelés par leur maître, invitant ironiquement l'expédition à venir plus à lui. Protestations contre exactions, vaines remontrances, tentatives de raisonnement, scorpions et elfe ne firent que s'assécher le gosier avant de tomber sous le toucher mortel d'un Anubis blasé. Cela aurait pu être la fin d'une histoire dramatique, mais au sein de la Faille, le cycle de la vie est capricieux et les martyrs éternels. Non content de se voir encore de ce monde, ils retentèrent une entrevue avec le dieu haineux afin de lui rappeler feu Athor, Ereptor des scorpions, tombé jadis. La haine trop forte, le pardon semblant impossible, il n'eut que faire de ces entêtés et les recondamna au silence... pour un temps. Le monde des mortels va mourir, mais ceux-ci deviennent étonnemment résistant à la faucheuse. Au terme d'un quantième élan de renoncement, leur entêtement fut saluer par la séparation de l'entité mortuaire. Anubis et son incomensurable part de haine accumulée se confrontèrent, la dernière fut détruite en moins de temps qu'il n'en fallut pour elle d'être isolée.
Je terminerai cet article non par la conclusion de l'évènement qui ne m'a pas semblée d'importance mais par une note d'humour d'un expéditionnaire. Si vous pensiez que les scorpions avaient le sourire crispé par les vents de sable, détrompez-vous, le désert apporte l'ironie aux créatures qui le foulent, En effet, lorsqu'un scorpion tout de blanc vêtu meurt dans la boue, il n'en a que faire car il sait que le grand Vizir saura l'aider dans sa corvée de lavage. Les dents des
squelettes en claquent encore.

Hasma El Shazam,
Djinn en visite d'un monde en péril

Imprimer ce message