studio GOBZ'INK "Si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ?" (Lewis Carroll)

20Oct/0912

[Drôles d’étoiles] Des visuels et une intro au spin-off « Drôles de lutins »

Posted by ShamZam

Luma de Super Mario Galaxy par DarkJakSemaine prochaine je serais en vacances, de retour sur le lieu de mon stage de clown de l'an dernier. Cette fois, je n'y vais que pour aider à retaper la maison. J'y reverrais avec joie les Rousseaux, formateurs clownesques  de la compagnie Nez à nez, et donc leurs deux jeunes filles à l'origine de la création de Drôles d'étoiles. L'inscription s'est faite rapidement, il y a à peine 1 semaine. De ce fait, c'est le branle-bas-de-combat pour finir une version jouable alors même que j'avais abandonné le jeu.

J'ai pas mal avancé et simplifié le tout et je me suis même payé le luxe de préparer des cartes travaillées pour ces premières parties de tests. En attendant de vous diffuser prochainement le résultat de cette entreprise, je ne peux résister à vous présenter les visuels de quelques cartes de jeux :


Moon pearl - recto by ~Shamzam on deviantART

Moon pearl - verso by ~Shamzam on deviantART

Sun - recto by ~Shamzam on deviantART

Sun pearl - verso by ~Shamzam on deviantART

Sun and moon pearls - recto by ~Shamzam on deviantART

Durant le développement de Drôles d'étoiles, plusieurs concepts et théorie ont été avancées, jetées puis ressorties et enfin définitivement écartées. Néanmoins il est apparu que certaines idées, si elles n'avait pas leur place dans Drôles d'étoiles, pouvaient en avoir dans un jeu consacré. De là a émergé le projet de faire des petits jeux, toujours pour jeune public, s'intégrant dans un même univers et utilisant des mécaniques proches voir identiques.

La reprise du développement de Drôles d'étoiles m'a amené à revoir complètement le jeu, à la fois pour tenir les délais et suite aux conseils et remarques reçues (notamment par la communauté SilentDrift). Quelques coupes franches n'ont pas été simples à accepter car j'aimais beaucoup les idées sous-jacentes. Or je ne suis qu'un créateur de jeu de rôles parmi tant d'autres et comme eux, j'ai une plus grande tendance à faire naître des projets qu'à les finir. Mais comme le faisait remarquer Pyromago sur son blog, qu'importe, le tout est de se faire plaisir !

Le premier petit jeu sur les deux qui pourraient émerger de cette réflexion est Drôles de lutins. Dans le même genre que son parent, le jeu proposera d'incarner des petits êtres féériques doués d'un grand altruisme aventureux. Il ne s'agira donc pas d'étoiles mais de lutins, plus proches des humains. Au lieu d'être séparés entre le Visible (Soleil) et l'Invisible (Lune), eux verront leur balance axée sur la Réalité (Soleil) et le Rêve/Magie (Lune). Une notion obscure sera aussi ajoutée sous la forme du Cauchemar (Lune noire) pour complexifier et développer la profondeur de jeu. Il ne sera plus non plus question de pouvoir de métamorphose mais d'enchantement d'objets. De l'enfant mimétique on passera à l'enfant bricoleur. Chaque lutin pouvant avoir jusqu'à 8 objets, sachant que 4 objets d'une même série constitueront une panoplie. Chaque objet aura un pouvoir et sera échangeable avec les autres personnages. De plus les panoplies apporteront une magie libre basée sur un élément, celui de la série.

Illustration de Jherry

A priori les 2 jeux seront compatibles et permettront des cross-over, notamment pour faire jouer des jeunes d'âges différents. En effet, si Drôles d'étoiles s'adressent à des très jeunes, Drôles de lutins sera plus approprié pour leurs aînés.

Autre petit jeu de rôles à l'état de simple jetée d'idées,Un éventuel deuxième spin-off pourrait venir lorgner du côté des allumeurs de réverbères, des croque-mitaines et des ombres chinoises...

Couverture d'un livre sur les ombres chinoises L'allumeur de réverbères du Petit Prince Couverture de la BD Humphrey Dumbar, le croquemitaine

Imprimer ce message
1Oct/090

[bestYoles] Gestion des handicaps physiques

Posted by ShamZam

Nombre de jeux de rôles incorporent une gestion d'avantages et d'inconvénients en équilibre. J'ai personnellement toujours adoré jouer sur ces leviers pour typer mes personnages et leur donner un thème, une profondeur et aussi un peu les optimiser. Pour moi, la création de personnage constitue donc une grande partie du plaisir que je retire du JDR. Pour bestYoles, il m'apparaissait dès lors important d'y souscrire aussi. Cependant, je me suis aperçu bien vite que ça ne serait pas si simple. De plus, j'ai aussi retrouvé sur les forums, pas mal de témoignages d'autres rôlistes qui expliquaient à quel point ce genre de cuisine les rebutait et leur faisait perdre du temps dans le lancement d'un nouveau jeu.

D'ordinaire donc dans les JDR que je connaît, le recours aux défauts/handicaps/inconvénients procurent des points de création supplémentaires pour améliorer son personnage, ou alors c'est un système d'équilibrage avec les avantages qui est proposé, comme dans Agone. Tout naturellement, j'avais donc tablé au départ que les handicaps physiques *apporteraient des points de Souffle supplémentaires dans bestYoles. En effet, ce Souffle supportant la création, l'évolution et la magie du jeu, ça m'apparaissait tout indiqué. Je voyais derrière ce contre paiement, la possibilité de considérer de manière optimiste un défaut comme une aubaine pour l'âme, à même de connaître plus de difficultés dans sa vie et donc de l'enrichir et de lui permettre une ascension plus rapide. Seulement il y avait là une incohérence. En effet comment, un handicap qui vient d'être adopté à la création du personnage, et donc symboliquement sa naissance, pouvait-il avoir déjà un impact ? Et comment juger si l'apport de cet handicap se limitait bien à un et un seul point de Souffle ? Je me suis aussi rappeler de l'argumentaire de Démiurge (auteur entre autres d'un JDR éponyme et de Prosopopée, Psychodrame, Loser, ...)que je résumerais ainsi : les mécaniques punitives ou contraignantes ont rarement un impact vraiment favorable sur l'ambiance et le plaisir de jeu, au contraire des mécanique incitatives. Or ici, avec un handicap choisit au départ et n'ayant qu'une infime rétribution, on est bien dans une mécanique contraignante.  Ayant obtenu paiement de la prise d'un handicap, le joueur se devra de jouer son handicap même quand cela lui sera pénible et gênant pour sa créativité. C'est d'ailleurs pour cela que beaucoup de joueurs refusent purement et simplement les défauts si le choix leur en ai laissé. Je l'ai expérimenté avec mes tables d'Agone : 5 pts d'avantages offerts, pour tout point de défauts gain d'un point d'avantage, maximum 10 points de défauts. Le même Démiurge plébiscitait donc plutôt une mécanique incitative pour supporter des défauts, un moyen de donner envie au joueur de s'en rappeler et même d'en jouer.

J'ai donc cherché à respecter ce conseil et trouver une adéquation assez simple pour bestYoles. Elle s'inscrit dans le même registre que l'idée première : chaque corps peut être lié à un handicap (en donner plus sera déconseillé mais autorisé) qui s'il est joué avec intérêt par un joueur reflètera l'acceptation de celui-là par son personnage et aussi l'apprentissage spirituel qui en aura découlé.

Je me suis aussi rappelé comme j'avais toujours trouvé extrêmement pénibles, les joueurs qui choisissaient des handicaps qu'ils se complaisait à interpréter dans le plus total égocentrisme. Ce sont d'ailleurs souvent des joueurs qui se prennent pour des acteurs de théâtre plutôt que des joueurs. En effet, ils considèrent souvent que bien jouer ,ça veut dire retranscrire jusqu'au bout la psychologie de leur avatar, quitte à monopoliser la parole ou détourner complètement le sens d'une partie. Moi je suis un fervent défenseur du caractère ludique d'un JDR et je ne saurait m'inscrire dans cette voie.

De ce fait, je ne voulais pas que dans bestYoles les défauts puissent avoir ce même problème. L'idée m'est alors venu d'ajouter une clause au gain de Souffle supplémentaire que pouvait apporter l'interprétation d'un handicap. Celle-ci toujours en rapport avec le caractère spirituel du jeu, stipule que lorsqu'un handicap devient un fardeau pour quelqu'un d'autre que soi cela signifie qu'il est rejeté plutôt qu'accepté. De ce fait, le gain de Souffle ne doit pas  être obtenu par le joueur mais par les autres, ceux qui l'ont justement supporté ou aidé.

* Je gère les défauts psychologiques ou traumatismes, autrement à partir du Tourment, cependant pour l'instant c'est une mécanique contraignate plutôt qu'incitative donc faudra que ej revois ça.

Imprimer ce message
9Sep/093

[bestYoles/Borölok] Ce qu’on y jouera

Posted by ShamZam

Affiche du film PompokoA la manière des kitsunes dans le film Pompoko, les joueurs incarneront dans bestYoles/Borölok des êtres n'appartenant pas à l'espèce régnante, les humains mais vivant à leur crochet. Pouvant venir d'une des nombreuses îles volantes voir même d'un presque autre monde, ils auront fait le choix de s'intégrer dans la société humaine pour différentes raisons. Certains pourront par exemple être des résistants aux lois interdisant la magie, d'autres des féériques blasés de vivre sous terre. Tous passeront néanmoins par l'apprentissage auprès d'un chapelier (PJ ou PNJ), un sorcier humain sympathisant qui les fera passer pour des apprentis. Jusque là ce type de couverture n'a à priori jamais été trahie aux autorités horlogères ou aux inquisiteurs enflammés du culte du Soleil.

Quelques infos sur les races civilisées actuellement prévues (ça peut encore changés !) :

  • Goupils : voisins des loups et renards
  • Chafouins : voisins des pandas roux ou des ratons-laveurs
  • Matagots : voisins des chats et autres félins
  • Mandragores : proches des dryades mais en plus discret et plus bruyant
  • Mourioches : aussi appelés ogres et géants mais aussi gnomes et korrigans
  • Lorialet : descendants des humains ayant tant bien que mal survécu dans leur monde nocturne sans dessus-dessous
  • Sylphe : fusion lumineuse d'une fée et d'un ondin

Imprimer ce message
1Sep/090

[bestYoles/Borölok] Division de l’âme / Numéro 9

Posted by ShamZam

Affiche du film Numéro 9 de BurtonDimanche soir, je suis aller voir le dernier film de Burton dont je suis plutôt fan, ses univers de dark fantasy ayant toute mon attention. Il s'agit d'un film d'animation, en image de synthèse, qui s'appelle Numéro 9, Nine en anglais. Pour moi, ce n'est de loin pas la perle du moment et je ne gagerais pas sur une durée en salle de plus de quelques semaines. En effet, un peu comme pour L'étrange noël de monsieur Jack, le film présente un scénario typiquement enfantin sur fond d'univers gothique. Il y ai question de la quête d'un héros à la naïveté dangereuse mais en accord avec la morale populaire : pas de sacrifice pour le salut de la majorité, mais par contre on peut risquer la vie de plusieurs pour tenter (d'essayer) de sauver sans grand espoir juste un individu. A l'opposé, l'univers décrit est sombre et plutôt désespéré., dans la lignée de Matrix. Bref il m'est apparu magnifique ! Des scènes de grande violence viennent surenchérir l'ombre au tableau rendant pour moi ce film difficile d'accès pour les jeunes. Sentiment néanmoins amoindrit par le souvenir d'Intelligence artificielle, le film présentait le même genre de scène d'éventration de robot, or il a eu plus d'impact émotionnel sur les adultes que sur les adolescents (dans mon entourage tout du moins).

De ce visionnage, et c'est pour ça que j'en parle ici, j'en ai retiré une idée de machine pour bestYoles. L'idée peut vous spoiler aussi arrêtez vous-là dans votre lecture si vous ne l'avez pas encore vu.

Numéro 9 présente un inventeur qui a réussit à animer le corps de robots. Pour cela, il a eu recours à un filtre, entre mécanique et magie, sorte d'extracteur d'âme, pouvant en prélever une partie pour l'insuffler dans un corps robotique. Si le concept de division de l'âme était déjà prévu pour bestYoles, je n'avais pas pensé à le permettre via une machine. Or ce medium peut typiquement s'insérer dans un univers steampunk. Je l'ai donc ajouté à l'équipement disponible d'une des factions.

Photo du film Numéro 9

Imprimer ce message