studio GOBZ'INK "Si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ?" (Lewis Carroll)

28Juin/090

[Agone] Simurgh, Excellence (inachevé)

Posted by ShamZam

Simurgh

Apparence

De grande taille, les simurghs étaient pareils aux oiseaux de proie nocturnes, ils pouvaient transporter en leurs serres chameaux et elwals. Grands flegmatiques, leurs
gestes étaient calculés et jamais une chasse ne dura plus que le temps d'avoir faim. La rapidité en faisait des prédateurs redoutables mais paradoxalement appréciés du fait de leur respect marqué pour leurs proies, achevées avant qu'elles ne se rendent compte d'avoir été choisie comme repas.
Leur plumage de chouette, roux aux reflets cuivrés, était admiré des peintres pour ses couleurs chatoyantes. Beaucoup s'essayèrent à en capturer pour en récupérer des plumes et en extraire une teint cependant aucun parvint. L'ironie est telle que leur demander simplement une plume, d'une vive voix polie, aurait pourtant suffit pour que cette créature pacifique et généreuse la leur offre.

Habitat

Nocturne comme les oiseaux de proie auxquels ils ressemblaient, le simurgh aimait à se trouver refuge pour le jour, un Vestige ou un tout lieu baigné de la magie des Muses, à l'abri du soleil. La nuit, on avait plus de chance d'en voir un si l'on regardait haut dans les branches des Arbres-à-Lettres qu'ils affectionnaient. Toujours, ils furent des animaux à chercher la fraîcheur, qu'elle vienne de la nuit ou d'un cours d'eau. La plupart pouvaient d'ailleurs se rencontrer dans la Vallée des poètes où les Eaux Chantantes, ensemble de rivières convergentes serpentaient dans une forêt d'Arbres-à-Lettres.

Moeurs

Excellence très douce et compréhensive en dehors de la chasse et des serpents (animosité farouche qu'on ne s'explique guère encore), ces oiseaux étaient très appréciés pour leurs conseils avisés. Les Muses avaient confié à leur enfant leur sagesse mais aussi l'objectivité qu'elles n'avaient pas, afin que si besoin fût, ceux-ci puissent les conseillers dans leurs actions avec un avis extérieurs et neutres. Pourtant lorsque vint la Guerre des Eternels, elles furent déçues que les simurghs ne daignent attaquer leur Ennemi voir les défendre. Le paroxysme de la frustration fut atteint lorsque l'un d'entre eux se laissa approcher par le Vagabond. Mielleux, celui-ci cru bon de se montrer sous un bon jour. Après quelques échanges seulement, il se rendit vite compte que sa flatterie et sa cajolerie n'atteindraient jamais l'animal. Dégoûté tout d'abord, il apprécia que l'enfant de ses mères répondent à ses interrogations et l'écoute comme n'importe laquelle d'entre elles. Aussi jamais aucun simurgh n'eut à craindre l'Eternel. Celui-ci, ayant acquis pour la première fois de son immortalité le respect désintéressé d'une créature, en fit son confident. Il alla jusqu'à ne pas chercher à le corrompre et défendre à ses serviteurs de nuire à tout autre simurgh. Les Muses furent profondément en colère suite à cette relation troublante, aussi lorsque Janus édicta sa sentence sur les saisons qui allait condamner l'existence des simurghs, elles ne firent rien. Le Masque fut lui attristé. Surpris lui même par un tel comportement, il en resta troublé et incapable. Le simurgh disparut ainsi, rejeté et oublié de la surface de l'Harmonde.

Drame

Autrefois très appréciés par les différents peuples pour apporter la réponse à toute question qui leur était posé, les simurghs acquirent une sombre réputation après avoir eu l'Ardent comme interlocuteur. La conséquence de leur réponse amena en effet les évènements qui conduisirent au Feu des Origines. Dans un voeu de silence, ils se fermèrent aux autres mortels. Ceux-ci en conçurent une profonde amertume qui, ajoutée à la rancoeur d'avoir été le facteur du ravage de Keshe, les amena à le mépriser et parfois même à le chasser. L'animal aurait ainsi atteint l'extinction dans la pure indifférence de tous, si un bien étrange satyre ne vint pas un jour proposé à ses créatures un havre de paix. D'abord méfiantes à l'égard d'un tel être, elles n'acceptèrent que parce qu'elles se savaient perdues dans le contexte actuel. Ahasvède, harmoniste de la Geste talentueux au point d'en être éternel, conduisit alors une poignée d'entre elles dans la Vallée des Poètes. En un rituel alliant la magie du Pollen à la Geste, ce lieu touché par la grâce des Muses fut coupé de l'Harmonde, permettant ainsi aux simurghs d'échapper aux effets de la Sentence de Janus sur les saisons. Les spécimens qui restèrent sur l'Harmonde connurent un triste sort, une assimilation à leurs confrères automnins dragons et chimères pour former de redoutable basilics (cf. Le Violon de l'Automne, p.105)

Fiche

Caractéristiques :

AGI 6, FOR 10, PER 12, RES 8
INT 15, VOL 8
CHA 9, CRE 4
ART 6, EMP -, MEL 6, TIR 9
TAI 2, MV 1 (à terre)/ 10 (en volant), BD +3
PdV 39, SBG 13, SBC 19
Ténèbre : 0

Compétences :

Arme : bec 6, Arme : serres 8, Chasse : 20, Vigilance 7, Athlétisme 8, Harmonie 10,
Toutes celles de Savoir et Occulte à 20

Combat
Initiative : Bec 16, serres 17
Attaque au contact : Bec 12, serres 16
Défense au contact :
Défense à distance :

ARMES
Arme Init. Att. Déf. Dom+BD TAI
Bec -2 0 - +1(T) -
Serres -1 +2 - +2(PT) -

Note : un simurgh a la connaissance universelle de tout ce qui est avéré comme étant la vérité au moment où il s'en enquière.


N’oubliez pas que c’est un premier jet, d’ailleurs il a été critiqué sur le forum du Souffre-Jour à cette adresse : http://souffre-jour.com/phpbb2/viewtopic.php?t=547

Imprimer ce message
25Juin/090

[Agone] Corbeau, animal damné et maudit (inachevé)

Posted by ShamZam

Je me suis souvenu avoir écrit il y a longtemps, plusieurs textes pour l'univers de jeu rôles Agone.

Voici la première, d'autres suivront.


Corbeau

cf. Souffre-Jour n°1 – Maestres-Animaux p.14

Origine

Pas vraiment maudits, la Ténèbre n'a en effet pas directement contaminée les corbeaux. Leur affiliation à l'Ombre c'est à travers le pacte que conclut le Masque avec leur Maestre, le Vicomte Corbeau qu'ils en écopèrent (cf. Souffre-Jour n°1 – Maestres-Animaux, p.14). Dès lors ils devinrent les obscurs serviteurs destinés à répandre la corruption des Abysses dans le cœur des hommes et saisonins. Leur nature obscure, qui les cache aux regards, fut accentuée aussi bien dans leur aspect que dans leurs mœurs. En pactisant avec le Masque, Maestre Corbeau crut se défaire de tout ascendant. Ayant précipité la fin de la Dame ailée, la présentant sur un plateau d'argent au Baron Iguane (cf. Le Violon de l'Automne p.114) il comptait bon sur sa prise de statut pour qu'enfin il soit craint et respecté. Sa déception fut amère. Non content de devoir démontrer une loyauté de tout instant au Masque, il se trouva asservit par un deuxième maître. Le Semblant fit en effet des corbeaux, des colporteurs de ténèbres, les offrant à l'Ombre comme messagers. Celle-ci ne fut néanmoins pas dupe du cadeau, et comprit qu'il lui amenait surtout des espions dans sa proximité. Pour s'en prévenir elle les fit diriger peu après par une conseillère qu'elle attira avec la même aisance que son amant volatile. Hécate, une créature à même de diriger ces sombres commères et de veiller à l'intendance quant à l'Effroi qu'ils provoqueraient.

Apparence

Autrefois noirs comme la nuit, ils sont aujourd'hui aussi sombres que la Ténèbre, exit les beaux reflets bleutés de leur plumage à la lumière du jour. Aujourd'hui ils tendent d'ailleurs à craindre celle-ci, animaux du crépuscule, ils se réfugient dès que possible sous les couverts où leur obscur plumage les fond dans les ombres. Leur parfaite dissimulation se fait sur l'appui de tout un corps qui semble sculpté dans un charbon, du bec à la queue. Il n'y a bien que leurs yeux, petites billes aux reflets écarlates que l'on croirait baignées dans le sang des morts dont ils se repaissent de leur long bec courbe.

Habitat

Le corbeau est relativement commun dans tout l'Harmonde. Dérivé en plusieurs sous-espèces, il se côtoie depuis les falaises côtières de l'Enclave boucanière jusqu'aux hauts Monts drakoniens. Les modéhens tentent de les faire fuir de leur culture chaque jour et ils sont chassés des villages et villes dans nombre d'endroit pour leur sombre réputation avérée de charognards hantant les rêves des gens. A Lorgol pourtant, le peuple lui voue étrangement un respect mêlé de craintes. Une de leur légende dit en effet que tant que les volatiles prendront refuge dans le beffroi du Belvédère, l'Urguemand se verra toujours vidé de ses envahisseurs. La preuve en a été pour les superstitieux la fin des invasions liturges et janréniennes. La charge d'entretenir donc des nids à leurs effets incombe de fait à la guilde des oiseleurs. Eveillés quant à leur nature, ses membres tentent de les contenir sur la Terrasse, loin des chaumières. A la faveur de la nuit, quand vient l'heure du repos, ils tentent de les traquer pour les éliminer. Ils sont alors regroupés pour s'endormir et par là même diaboliser les songes du peuple. Il va sans dire que chasser pareil amant de l'ombre ne se fait pas sans conter fleurette à l'échec.

Mœurs

A la fois colporteurs de noirceur et messagers des grands corrupteurs, les noirs oiseaux vivent leur damnation dans le jeu et la découverte. Parcourant, les royaumes pour en rapporter l'activité à leurs maîtres, ils se gaussent d'être les êtres les plus au fait des mouvements du monde. Imbus de leurs pouvoirs qui leur permettent de se dérober à leurs prédateurs naturels, martres et grands rapaces, ils ne sont pas en reste si leur existence rencontre embûche du fait d'une intelligence innée. Sournois et joueur, ils éviteront l'affrontement direct pour toujours fuir ou mieux, placer leurs adversaires en mauvaise posture, n'hésitant pas à les railler le danger passé.
Invariables opportunistes, les corbeaux ne s'intéresseront qu'à des proies faciles, qu'il s'agisse de se nourrir ou de terrifier. Souvent charognards, ils ne se refuseront pas d'étayer leur menu de petits mammifères fragiles et le complèteront d'insectes, mais aussi de graines, d'épis de blé et de fruits, excitant la nervosité à leur encontre de la paysannerie.

Drame

Sujet de nombreuses croyances, le corbeau a de tout temps évoqué chez les hommes la crainte ou le respect distant, victimes de rejets avant même la trahison du Vicomte Corbeau. L'animal a aussi a été persécuté parce qu'il tuait des agneaux et se nourrissait dans les récoltes. Tué, empoisonné ou capturé dans des pièges pour être cloué vivant aux poteaux des enclos. Il n'y a bien que dans les Communes princières où il ne côtoie pas sa mort. Il y est en effet vénéré comme psychopompe et symbole du respect des ancêtres du fait de sa solidarité envers ses aïeux, comportement rare parmi le règne animal. Vous en comprendrez bien sur chère Eminence, qu'il en devient une plaie d'autant plus importante, car il n'a pas besoin de ruser pour corrompre les nuits troublées des princéens. Peu étonnant dès lors que le royaume soit un foyer bouillonnant pour la conjuration et la sorcellerie. Sociable, sa compagnie est particulièrement appréciée des occultistes et notamment des partisans des noirs Eternels. Nombre d'Advocatus Diaboli, particulièrement ceux dévoué à Hécate, l'arborent dans les réunions des Basses Fosses comme animal d'apparat. On raconte qu'Isella Perhyène, anciennement Inspiré et aujourd'hui sociétaire d'envergure dans les Mille Tours lorgoliennes, se verrait toujours accompagnée de plusieurs de ses volatiles. Aucun chiffre n'a été avancé, il semble qu'ils naissent en son sein nous rapporte les rumeurs à son égard, des experts ont avancé la possibilité qu'ils se cachent dans les replis de sa conscience torturée. Un oiseleur aurait d'ailleurs expliqué à Luciniole, éminence grise de la cité, qu'à partir du moment où un ténébreux voit ses nuits hantées par des cauchemars, son esprit en deviendrait une parfaite scène pour les ébats copulatoires des volatiles. Leur reproduction aussi étonnant que cela puisse vous paraître ne pourrait se faire en dehors pour en maintenir la lignée. Selon cette même source les choucas seraient le fruit indésirable des accouplements naturels des corbeaux, sortes d'hybrides privés des pouvoirs parentaux. Autrement il est à rappeler que le gallot cauchemardesque qui porte les Colporteurs de Noirceur a souvent été vu précédé par une envolée de corbeaux.

Fiche

Cette fiche se base sur celle des Cahier Gris et la révise.
TAI : -3
MV : +1 (à terre)/ +9 (en volant)

Niveau de perfidie : 10 à 20
Corruption générée : aucune, c'est le gage de bonne foi du Masque à son amante.
Pouvoirs : la Mascarade

Niveau de ténèbre : 44
Corruption générée : Si un corbeau s'endort à proximité d'un rêveur sain de toute corruption ténébreuse, il hante les songes de celui-ci, détruisant petit à petit ses fantasmagories. A plusieurs, ils les transforment bien vite en sombre cauchemar emplis d'horreur. Pour résister à l'Effroi que leurs manifestations intrusives procurent, le rêveur doit résister à un jet de difficulté égale à 5 + 5 par corbeau. En cas d'échec, le gain de ténèbres est de l'ordre de 2 + 1 par corbeau (y soustraire la Noirceur).
Par contre si le rêveur est un ténébreux déjà engagé sur la pente vers les Abysses (Noirceur de 2), celui-ci connaîtra déjà des cauchemars que nulle intervention n'aura besoin de susciter, il restera insensible à la corruption des corbeaux.

Pouvoirs : Nyctalopie, Dissimulation dans la conscience (Les corbeaux ont la capacité de se réfugier dans les méandres sombres des consciences, les souvenirs qui hantent. Ainsi toute créature contaminée par la ténèbre peut servir de refuge à un corbeau. Pour chaque point d'Esprit Noir, un oiseau peut se dissimulé dans la conscience du ténébreux. Un déchu pourra donc être le refuge de dix corbeaux.)

Caractéristiques
RES 5, FOR 1, AGI 7, PER 6
Caractéristiques secondaires
MEL 4, PdV 26, SBG 8, SBC 13, BD -6

Compétences
Epreuves : Arme : bec 2, Arme : serres 4, Esquive 6, Vigilance 5
Maraude : Chasse 2, Camouflage 5, Discrétion 7


N'oubliez pas que c'est un premier jet, d'ailleurs il a été critiqué sur le forum du Souffre-Jour à cette adresse : http://souffre-jour.com/phpbb2/viewtopic.php?t=571

Imprimer ce message
25Juin/090

[Ombres & Reflets] Remise en ligne

Posted by ShamZam

Je viens à l'instant de remettre en ligne le jeu que j'avais créé dans la cadre du concours Royal Rumble 2. Pour la peine j'ai modifié un peu sa page dans l'onglet "Jeux de rôles".

A titre d'information, le système de ce jeu est une version allégée du système que j'avais prévu d'incorporer dans bestYoles. Son originalité est de manipuler des jetons plutôt que des dés. Suite à la critique de Croc qui m'a fait comprendre qu'il n'aimait que les dés, j'ai révisé mon intention première. Au final je suis très contentn d'avoir changé. Et puis je n'ai pas abandonné les jetons pour tout autant puisque vous pourrez en retrouvez dans Drôles d'étoiles prochainement.

Voici le document en téléchargement direct :

  Livre de base (téléchargé 1473 fois)
Ombres & Reflets est un jeu de survie dans un contexte religieux et apocalyptique où l'ennemi n'est autre que son voisin, son propre reflet et sa propre ombre. Axé sur la fluidité, le jeu se joue avec bourses et jetons. (jeu inachevé)


  Livre de base (téléchargé 986 fois)
Il s'agit du fichier source permettant de contribuer et modifier textes et mise en page conformément à la licence Creative Commons incluse : BY-NC-SA. (jeu inachevé)

Soyez conciliant, je l'ai créé il y a 3 ans en 24h (nuit blanche). Vous remarquerez notamment qu'il a quelques trous...

Imprimer ce message
10Mar/090

Ombres & Reflets

Posted by ShamZam

J'ai développé ce jeu dans le cadre du concours français de création de jeu de rôles Royal Rumble,  2ème opus.

Téléchargement

  Livre de base (téléchargé 1473 fois)
Ombres & Reflets est un jeu de survie dans un contexte religieux et apocalyptique où l'ennemi n'est autre que son voisin, son propre reflet et sa propre ombre. Axé sur la fluidité, le jeu se joue avec bourses et jetons. (jeu inachevé)


  Livre de base (téléchargé 986 fois)
Il s'agit du fichier source permettant de contribuer et modifier textes et mise en page conformément à la licence Creative Commons incluse : BY-NC-SA. (jeu inachevé)

Imprimer ce message
Taggé comme: , Aucun commentaire