studio GOBZ'INK "Si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ?" (Lewis Carroll)

1Oct/090

[bestYoles] Gestion des handicaps physiques

Posted by ShamZam

Nombre de jeux de rôles incorporent une gestion d'avantages et d'inconvénients en équilibre. J'ai personnellement toujours adoré jouer sur ces leviers pour typer mes personnages et leur donner un thème, une profondeur et aussi un peu les optimiser. Pour moi, la création de personnage constitue donc une grande partie du plaisir que je retire du JDR. Pour bestYoles, il m'apparaissait dès lors important d'y souscrire aussi. Cependant, je me suis aperçu bien vite que ça ne serait pas si simple. De plus, j'ai aussi retrouvé sur les forums, pas mal de témoignages d'autres rôlistes qui expliquaient à quel point ce genre de cuisine les rebutait et leur faisait perdre du temps dans le lancement d'un nouveau jeu.

D'ordinaire donc dans les JDR que je connaît, le recours aux défauts/handicaps/inconvénients procurent des points de création supplémentaires pour améliorer son personnage, ou alors c'est un système d'équilibrage avec les avantages qui est proposé, comme dans Agone. Tout naturellement, j'avais donc tablé au départ que les handicaps physiques *apporteraient des points de Souffle supplémentaires dans bestYoles. En effet, ce Souffle supportant la création, l'évolution et la magie du jeu, ça m'apparaissait tout indiqué. Je voyais derrière ce contre paiement, la possibilité de considérer de manière optimiste un défaut comme une aubaine pour l'âme, à même de connaître plus de difficultés dans sa vie et donc de l'enrichir et de lui permettre une ascension plus rapide. Seulement il y avait là une incohérence. En effet comment, un handicap qui vient d'être adopté à la création du personnage, et donc symboliquement sa naissance, pouvait-il avoir déjà un impact ? Et comment juger si l'apport de cet handicap se limitait bien à un et un seul point de Souffle ? Je me suis aussi rappeler de l'argumentaire de Démiurge (auteur entre autres d'un JDR éponyme et de Prosopopée, Psychodrame, Loser, ...)que je résumerais ainsi : les mécaniques punitives ou contraignantes ont rarement un impact vraiment favorable sur l'ambiance et le plaisir de jeu, au contraire des mécanique incitatives. Or ici, avec un handicap choisit au départ et n'ayant qu'une infime rétribution, on est bien dans une mécanique contraignante.  Ayant obtenu paiement de la prise d'un handicap, le joueur se devra de jouer son handicap même quand cela lui sera pénible et gênant pour sa créativité. C'est d'ailleurs pour cela que beaucoup de joueurs refusent purement et simplement les défauts si le choix leur en ai laissé. Je l'ai expérimenté avec mes tables d'Agone : 5 pts d'avantages offerts, pour tout point de défauts gain d'un point d'avantage, maximum 10 points de défauts. Le même Démiurge plébiscitait donc plutôt une mécanique incitative pour supporter des défauts, un moyen de donner envie au joueur de s'en rappeler et même d'en jouer.

J'ai donc cherché à respecter ce conseil et trouver une adéquation assez simple pour bestYoles. Elle s'inscrit dans le même registre que l'idée première : chaque corps peut être lié à un handicap (en donner plus sera déconseillé mais autorisé) qui s'il est joué avec intérêt par un joueur reflètera l'acceptation de celui-là par son personnage et aussi l'apprentissage spirituel qui en aura découlé.

Je me suis aussi rappelé comme j'avais toujours trouvé extrêmement pénibles, les joueurs qui choisissaient des handicaps qu'ils se complaisait à interpréter dans le plus total égocentrisme. Ce sont d'ailleurs souvent des joueurs qui se prennent pour des acteurs de théâtre plutôt que des joueurs. En effet, ils considèrent souvent que bien jouer ,ça veut dire retranscrire jusqu'au bout la psychologie de leur avatar, quitte à monopoliser la parole ou détourner complètement le sens d'une partie. Moi je suis un fervent défenseur du caractère ludique d'un JDR et je ne saurait m'inscrire dans cette voie.

De ce fait, je ne voulais pas que dans bestYoles les défauts puissent avoir ce même problème. L'idée m'est alors venu d'ajouter une clause au gain de Souffle supplémentaire que pouvait apporter l'interprétation d'un handicap. Celle-ci toujours en rapport avec le caractère spirituel du jeu, stipule que lorsqu'un handicap devient un fardeau pour quelqu'un d'autre que soi cela signifie qu'il est rejeté plutôt qu'accepté. De ce fait, le gain de Souffle ne doit pas  être obtenu par le joueur mais par les autres, ceux qui l'ont justement supporté ou aidé.

* Je gère les défauts psychologiques ou traumatismes, autrement à partir du Tourment, cependant pour l'instant c'est une mécanique contraignate plutôt qu'incitative donc faudra que ej revois ça.

Imprimer ce message
10Sep/090

[bestYoles] Pas si enfantin que ça !

Posted by ShamZam

Mon jeu bestYoles semble apparemment pour certains, d'une approche enfantine sentant bon le bisounours ! C'est vrai... mais seulement en partit et si vous le jouez comme ça.

J'arrête donc tout de suite ceux que j'aurais mal informé en la matière. En tant qu'individu, je suis quelqu'un d'extrêmement torturé, et je n'ai pus m'empêcher de le faire ressortir dans bestYoles.

Ainsi sera proposé en option de jeu (sans doute dans l'unique supplément prévu, appelé Daemons présentant notamment le totémisme), la possibilité de gérer les démons intérieurs qui habitent l'esprit d'un personnage. La caractéristique liée devrait s'appeler Tourment et venir amoindrir la réserve de Souffle (Qi/Mana/Energie spirituelle/...). La récupération de ce même Souffle devra en plus ou en alternative (nécessite des parties tests pour faire le choix) être gênée par ce Tourment, représentant ainsi les cauchemars qui hanteront les nuits du personnage. Éventuellement ces cauchemars pourront constituer des mini-scène à jouer en aparté, permettant au joueur de plus ou moins limiter l'influence du Tourment sur son repos.

A l'heure actuelle, il est prévu que les Tourments se "gagnent" par la transgression de Tabous, qu'ils soient propres au groupe (appelé Alliance et détaillé dans le supplément Daemons) auquel fera partit le personnage ou à l'inconscient collectif du monde. L'exemple premier car répandu dans bien des mondes est celui du meurtre de son prochain. Plus spécifiquement, dans Borölok, ce sera le recours à une magie visible devant des profanes, et dans Konoko, l'utilisation du feu.

NB : Les images que j'incorporent depuis quelques messages, sont des illustrations de mes propos (cf. message sur le film Numéro 9) ou sinon, et c'est le cas ici, des oeuvres qui m'ont inspiré de près ou de loin le point de règles ou d'univers décrit.

Couverture du JDR Demon - the fallen Jaquette du jeu vidéo Planescape - Torment Affiche du film Au delà de nos rêves

Imprimer ce message
27Août/090

[bestYoles] Abandon du monde Caldeyron

Posted by ShamZam

BD La compagnie des glacesSi vous avez suivit un peu les derniers messages ou si vous connaissez un peu mon projet de JDR bestYoles, vous savez que Caldeyron était un des mondes que je voulais développer pour agrémenter le multivers (plusieurs univers parallèles). Il devait être question d'un monde au bord de l'apocalypse du fait d'un dieu créateur emprunt de tourments. L'ombre de ce dernier, la part subconsciente, matérialisée par les ténèbres ou le néant (je n'avais pas arrêté mon choix) devait amené une ambiance sombre et glauque, mais surtout pessimiste. Sauf que paradoxalement, je ne sais pas développer une telle ambiance ! De plus avec la reprise  et suite de Nouvelle donne sous la forme de CARTOM, j'ai déjà un projet "adulte" (responsabilités, violence, choix, déité, ...) dans les tuyaux. Comme je ne suis aller qu'au jeté d'idée pour Caldeyron et que plusieurs concepts qui me plaisaient (équipement steampunk, lutte de factions, villes tentaculaires) ont su retrouver leur place dans Borolok, je dois donc déclarer son abandon. Seul un petit descriptif sera placé dans le livre de règle de bestYoles, au chapitre proposant quelques mondes différents dont Borölok, Konoko, Cosmos (anciennement Sellesty) et Caldeyron donc.

Voici le pitch qui avait été préparé pour décrire Caldeyron :

Les vents soufflent continuellement à la surface de ce monde en pleine apocalypse. Le ciel presque opaque de nuages menaçant est bien avare de lumière n'en laissant qu'une infime partie à une végétation rare. L'avarice lumineuse est contrebalancée par une générosité en tempête et autres catastrophes. Les peuples se sont réunis dans une grande cité souterraine tentaculaire, dans d'interminables galeries qui peuvent les mener jusqu'au Magma, l'unique source de chaleur. Lieu de luttes de pouvoir sans fin, Une guerre civile entre les quartiers des citoyens et les guildes alchimistes déchire la vie des citoyens. Ceux-ci n'ont que plus de mal à ne pas sombrer dans un désespoir aussi sombre que les menaces qui guettent toute vie dans les profondeurs.

Affiche du film "La Cité de l'ombre"Donc au final le grand ménage réalisé dernièrement aura vu :

  • Abandon du développement de Drôles d'étoiles
  • Abandon du développement du monde Caldeyron pour bestYoles
  • Abandon du développement du monde Sellesty pour bestYoles et renommage en "Cosmos"
  • Création d'un nouveau monde, Borölok, adaptation du monde prévu pour Drôles d'étoiles associé à des éléments de contexte de Sellesty et quelques idées de Caldeyron.

Vous noterez que l'abandon des développements des mondes pour bestYoles ne veut pas dire suppression ! Des petites références y seront faites dans le descriptif du multivers, invitant d'autres auteurs à se les approprier éventuellement.


Imprimer ce message
20Juil/090

[Agone] Chandelia Alserpanthië, méduse (inachevé)

Posted by ShamZam

Chandelia Alserpanthië
Echappée de ses Terres Veuves natales, la renégate Chandelia a rencontrée La Torche sur son chemin vers Lorgol. L'ogre fut séduit par la tourmente de la jeune saisonine qui excitait son côté protecteur. Il se fait un devoir de la guider et protéger jusqu'à la cité urguemande. Charmée par tant de bonté chez un être à l'apparence si violente, elle ne put se résoudre à le quitter lorsqu'ils parvinrent à leur destination. Si la Torche est pas loin de lui voué de l'amour, la méduse s'est toujours astreinte à ne point envenimer sa condition en risquant de perdre ses serpents en se laissant aller à des sentiments autre qu'amicaux.
Incorporant de fait la troupe que constituait Alessandra, elle y fit valoir ses dons de cantatrices et de devin. A la manière des illusions magiques d'Etinceline, elle fit aussi office de charmeuse de serpent pour enchanter le public, en ajoutant à ses chants prophétiques quelques tours avec Elbo son serpent autonome. Les deux se sentent honteux en faisant cela, ces tours jugés ridicules. Cependant ils font l'affaire de la troupe et ont des résultats certains sur les spectateurs, aussi leur honte est non oubliée mais acceptée.

Imprimer ce message